La maladie coeliaque

Quand le gluten détruit nos villosités intestinales

Il ne s’agit pas d’un caprice, d’une mode ou d’une sensiblerie. 

Il s’agit d’une maladie auto-immune qui induit la destruction progressive et parfois totale des villosités intestinales. En d’autres termes, quand le malade mange du gluten, son système immunitaire s’affole et attaque les parois de son intestin. Non traitée, la maladie peut conduire au développement d’autres pathologies graves comme la dénutrition sévère, l’ostéoporose, les cancers du tube digestif, etc…

Pas de panique ! Diagnostiqué et traité, le malade retrouve rapidement une vie normale et les dangers pour sa santé sont progressivement écartés.

Un seul traitement : l’éviction totale et à vie du gluten. 

Les villosités intestinales se renouvellent assez rapidement après l’éviction totale du gluten, et au bout d’une année les intestins de la personne cœliaque sont à nouveau fonctionnels. Une surveillance régulière à vie est cependant essentielle.

 Mais  la moindre consommation de gluten entraîne la destruction des villosités intestinales et met à nouveau en danger le patient atteint. Aucun écart n’est permis, et cela toute sa vie durant.

Les aliments à proscrire absolument

Le gluten est une molécule naturellement présente dans le blé, l’épeautre, le seigle, l’orge et les hybrides de ces céréales comme le triticale (croisement entre seigle et blé).
Sont donc interdits à la consommation : 
- tous les pains classiques, les viennoiseries et les pâtisseries
- les pâtes alimentaires
- les biscuits
- les céréales du petit-déjeuner
- les aliments panés, enfarinés ou enrobés de pâte à frire,
- les pains de viande ou de poisson composés de farine
- les sauces liées avec de la farine (Béchamel, roux, crème pâtissière ou anglaise….)
- tous les produits contenant de l’amidon

 

Le gluten se dissimule également dans d’autres aliments moins facilement identifiables :

- la charcuterie
- certaines moutardes
- le seitan
- les bières
- le sucre glace
- les poivres moulu, les mélanges d’épices et d’assaisonnements, 
- et même certains médicaments
- …

Il est donc nécessaire d’apprendre à décrypter les étiquettes des produits alimentaires.

Seul le logo ci-contre garantit l’éviction totale du gluten 
des produits industriels marqués :

La personne cœliaque a besoin de soutien

Apprendre sa maladie peut être une épreuve pour la personne cœliaque. Au début de la détection de la maladie, il faut réapprendre tout de son alimentation. C’est une période déstabilisante et difficile à vivre durant laquelle il faut faire le deuil de tous les aliments interdits malgré les nombreuses et constantes sollicitations quotidiennes.

Avec le temps et en parallèle à une amélioration rapide de son état de santé, le malade, soutenu par ses proches, découvre de nouveaux produits, de nouvelles recettes, c’est parfois même l’occasion de développer un autre mode de vie, une autre profession, etc… 
Cette épreuve peut même devenir très enrichissante une fois l’équilibre retrouvé. 

Empathie, patience et ouverture d’esprit sont indispensables pour épauler votre proche durant la période d’adaptation à son nouveau mode alimentaire

Des professionnels en cabinet médical ou en association peuvent vous aider

Vous aider à comprendre la maladie, vous aider à trouver des recettes pour accueillir votre proche aux repas entre amis ou en famille sans le soumettre à des tentations difficiles à supporter, vous aider à l’aider tout simplement.

N’hésitez pas à vous rapprocher de votre médecin, de votre diététicien(ne) et de l’association experte AFDIAG : www.afdiag.fr

Pour finir, notez ce rendez-vous : le 15 mai 2021, journée mondiale de la maladie cœliaque

 

Sandrine Babak
Diététicienne Nutritionniste
 

Copyright ©. Tous droits réservés.